Publié par Laisser un commentaire

Et si la santé de votre intestin se voyait sur la balance !

1722402_m9014441355349824205.jpgNous rentrons dans la période, où comme tous les ans, nous nous posons des questions sur notre silhouette. Avant de surfer sur internet pour trouver le dernier régime à la mode, il est important de prendre quelques précautions et de s’assurer un résultat.

Si notre corps n’est pas prêt à une perte de poids, il est fort possible que tous les efforts mis dans la bataille contre la balance ne donnerons pas entière satisfaction. Parmi les nombreux produits disponibles sur le marché, il en existe une régles simple pour préparer l’organisme à se délester de quelques kilos sans irriter le tube digestif.

 Commencer son régime en prenant soin de son intestin

Le mécanisme de prise de poids ou de perte de poids est aujourd’hui assez bien connu. La différence entre l’énergie consommée et l’énergie apportée permet de connaître l’impact futur sur la balance. Cependant, de nombreuses personnes ont du mal à prendre ou à perdre du poids malgré une vigilance accrue sur ce différentiel calorique.

La cause vient peut-être du lien particulier que le tube digestif entretien avec le cerveau. Ils communiquent en effet via 2 modes différents et complémentaires.

La voie hormonale qui permet à l’intestin d’informer le cerveau via le sang qu’il est temps de manger parce qu’il est vide. Les nutriments présents dans le tube digestif stimule la production d’hormones au cours de la digestion. Cet échange est plutôt lent est ne permet pas d’envoyer un alerte lorsqu’un aliment est nocif.

La voie électrique est l’autre mode de communication bien plus rapide. Des chercheurs ont démontré que le tube digestif était tapissé de millions de neurones. Ces cellules sont souvent appelées le “deuxième cerveau“. Le nerf vague assure la communication directe entre le cerveau et ce réseau neuronal. Tous les éléments qui ne conviennent pas à notre tube digestif sont donc potentiellement le cause d’une information qui met notre cerveau en alerte.

Notre corps a été conçu pour lutter contre l’adversité et n’a que peu évoluer depuis la préhistoire. Notre organisme évalue rapidement les risques pour nous protéger d’éventuels dangers. Un intestin malade enverra donc principalement un message d’alerte. Le cerveau se préoccupera plus de cette urgence que de l’écart calorique. La fleur intestinale ou le microbiote est donc un trésor à maintenir en bonne santé si l’on veut maigrir dans de bonnes conditions.

Comment prendre soin de son intestin ?

Les fibres des fruits et légumes sont essentielles pour nourrir le microbiote. Chaque variété de bactéries y trouve de quoi se multiplier de façon optimale. Des chercheurs de l’INRA ont montré que plus l’apport en fibres est grand, plus la diversité et le nombre d’espèces de bactéries sont importants dans l’intestin. Le microbiote en est d’autant plus stable et équilibré. La fermentation des fibres lors de la digestion par les bactéries produit un effet protecteur qui limite les processus inflammatoires. La fermentation produit même du glucose directement dans l’intestin. Ce glucose apporte une rapide sensation de satiété et limite la prise alimentaire.

img_20190308_0715523530861653635032223.jpg

A l’inverse, une alimentation déséquilibrée, riche en graisse et/ou en sucre, génère un apport calorique mal toléré par le microbiote. Le corps stocke bien sûr des graisses mais le microbiote peine à se nourrir convenablement. La diversité des bactéries intestinales est perdue. Une fois déséquilibré, le microbiote perd ses effets protecteurs et provoque des inflammations. Des diarrhées, de la constipation et des douleurs surviennent. Certains chercheurs expliquent en partie le syndrome du colon irritable.

De la même manière, la consommation excessive de protéines tend à endommager le microbiote. Lorsqu’une quantité trop importante de protéines est ingérée, le microbiote ne peut généralement pas tout dégrader. La quantité restante se dégrade donc plus lentement en produisant des molécules toxiques pour les cellules de la muqueuse intestinale et pour le reste de l’organisme. C’est pour cela que les régimes hyper-protéinés ne doivent pas être trop utilisés. Les sulfures toxiques que génèrent les protéines non absorbées sont nuisibles pour les reins. 

Bien amorcer votre perte de poids

Si  vous projetez perdre ou prendre du poids, il est donc primordiale de commencer par muscler votre microbiote.

Une alimentation équilibrée est la base mais ce n’est pas suffisant. Il faut concentrer sa consommation sur des produits non transformés, des  fruits, des légumes crus et beaucoup d’eau. Il suffit de 3 jours pour restaurer la flore intestinale. Une diète composée de fruits et légumes frais est une bonne solution.

2834549_s1279841807436501221.jpg

Pour maintenir le bonne équilibre de votre flore intestinale, il faut également prévoir l’apport en produits fermentés, en prébiotiques ou en probiotiques. C’est également une très bonne manière de réensemencer le tube digestif et de rééquilibrer le microbiote après une longue maladie ou une prise d’antibiotique.

J’ai même même testé cette approche et j’ai perdu 4 kilos en une semaine. A vous de trouver la diète idéal mais le fait est le résultat est là.