girl-sci-sii-soleil

Colon irritable et sensible… et après ?

 

Connaissez-vous la sensitive ? Cette plante très verte des pays tropicaux qui possède la capacité à se refermer pour se protéger en fonction des mouvements perçus dans son environnement.

 

A propos de moi et mon colon

Ce qui m’attire dans cette plante, c’est qu’elle sait se protéger seule. Ses mouvements réflexes lui permettent de s’adapter à un événement. Après quoi,  elle poursuit son développement pour croître et fleurir. C’est exactement ce que j’aimerai être capable de faire. Affronter les éléments et poursuivre ma route tout simplement.

Je suis atteinte du syndrome du côlon/intestin irritable (SCI ou SII). Comme près de 5% de la population française, mon quotidien est rythmé par les caprices de mon ventre. Mais la maladie de s’arrête pas là. Son impact sur mon mental est non négligeable. Mon syndrome est causé par mon hypersensibilité aux produits et aliments mais aussi et amplifié par le stress.

A propos de mon SII, mes gaz, pets et autres

Puisque nous venons juste de nous connaître, je vais vous passer les détails de mes états d’être (ouf…!). Vous n’avez vraiment envie de partager l’intimité de mon intestin (gaz, constipation, diarrhées, pets, rôts…) et mes inconforts (où sont les toilettes ? où puis-je me manger ? comment faire passer mon mal de crâne ?…) ou mes révoltes (pourquoi je n’ai pas de traitement adapté ?,  qu’est-ce qui fait que je fonctionne au ralenti ? ou encore comment aller travailler dans cet état ?…).  Je vais plutôt vous parler de mes petites victoires, de mes tests de produits et de ma façon de vivre le plus simplement du monde.

J’ai découvert cette maladie, il y a un an. Après une phase de soulagement (je n’allais pas mourir demain !), il a fallu que j’apprenne à manger, à faire des choix alimentaires, à prendre plus soin de moi… Presque tout quoi ! Même avec beaucoup d’humour, cela ressemblait à une blague. Toute ré-apprendre à 40 ans ! Alors, très vite et se sont succédées la colère, la tristesse et les expérimentations de toutes sortes. Enfin soyons clairs sans pain, sans certains fruits et légumes et sans sucreries, la vie est bien triste (concrètement, c’est une galère ! ). 

Mais, il y a encore de bonnes et de belles choses dans cette vie. TOUT ce que je peux encore manger, TOUS ceux que je peux faire rire ou sourire, TOUTES les belles choses qui me donne du plaisir. C’est ce que je veux partager avec vous.

 Femme, compagne et mère, je profite d’une vie pleine parce que je suis sensible à ce qui est beau, à ce qui est bon et ce qui est simple. Etre sensible ou sensitive est donc aussi un don ! Même si j’hérite également d’une maladie en prime !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *